Un clic sur l'image pour ouvrir la page correspondante.
Puis clic sur chaque petite image pour moultes détails.

Et clic sur
la grande image pour fermer
la page.
2009
LIBAN

LIBAN, SYRIE, TURQUIE

GÉORGIE

ARMÉNIE

TURQUIE

CRÊTE, SICILE, FRANCE

ESPAGNE
du 24 avril au 9 mai
De Port Saïd, où nous avons posé l'ancre pour une nuit, à Jounieh au Liban, deux journées de navigation avec une forte houle d'ouest peu confortable. La nuit, au large des côtes israéliennes, des tirs aériens et, au petit matin des libanaises, contact VHF avec l'ONU puis avec les autorités libanaises (Oscar Charly) pour une approche très précise à faire.
Jounieh
Installés face aux montagnes souvent nuageuses, on prend contact avec cette station balnéaire et on va à Beyrouth en minibus collectif par l'autoroute.
Beyrouth
Toujours en minibus, visite du site à Byblos (Jbeil en arabe). Son histoire est passionnante, le lieu...
Byblos
Avec les espagnols Laura et Joan, nous louons les services de Walid et son taxi pour la vallée de la Bekaa et Baalbek.
Bekaa Baalbek
À travers tout le pays, la campagne publicitaire des élections législatives marque le paysage de ses accroches et portraits diversifiés selon les régions. Certaines affiches “peuvent” heurter les sensibilités... féministes.

Avec Sylvie et Jean-Claude, belgo-égypto-libanais, un excellent dîner de mets libanais typiques. Un régal.
les 9, 10 et 11 mai
Un peu à regret, nous quittons le Liban en compagnie de Talula (Laura et Joan) par un beau ciel clair mais pas de vent. On s'écarte des côtes mais pas assez puisqu'on se fait rappeler à l'ordre. Toute la journée et toute la nuit, le moteur ronronne sur une mer comme de l'huile de vidange.
À Lattakia, problème pour trouver la marina, les coordonnées GPS fournies par les autorités sont fausses. Les brises-lames franchis, surprise de trouver un port de pêche et, dans le coin ouest, un quai de moins de 100 m avec quelques vedettes locales dont certaines à terre en entretien (poussière). Pour avoir une pendille, il a fallu parlementer. Et parlementer sur le prix exorbitant (400 € pour deux semaines). Faute d'obtenir un prix correct, nous repartons trois heures après, direction Mersin en Turquie où nous arriverons le lendemain midi.
C'est l'avantage du nomadisme d'aller ailleurs quand un lieu ne satisfait pas.
Nous irons probablement à Analya dans les prochains jours.
du 18 au 25 mai
Déçus de ne pas pouvoir visiter la mythique Syrie, nous laissons le bateau amarré au quai de Mersin et prenons un des confortable bus pour nous enfoncer à l'intérieur de la Turquie. Première étape : Malatya, LA ville des abricots.
En route Aslentepe Eski-Malatya
Le surlendemain, bus à 22h30 pour 450 km de route parfois tortueuse de montagne. Au petit matin, on s'installe dans un petit hôtel à Erzurum pour quelques heures de sommeil avant de déambuler dans la ville.
Erzurum Erzurum ErzurumErzurum Erzurum
Erzurum Erzurum Erzurum ErzurumErzurum Erzurum Erzurum
Le couple franco-hollandais rencontré aime bien le train, alors sur le rail pour Kars, lentement.
En train Kars
Kars AniAni
À quelques pas de l'hôtel, bus pour Hopa, ville frontière avec la Géorgie sur la mer Noire.
Vers Hopa
du 25 au 29 mai
Géorgie
À Hopa, pour aller à la frontière, on négocie avec un taxi qui nous fait parcourir les quelques kilomètres à une vitesse folle en frôlant la très longue file de camions en attente du passage de la douane. Visas gratuits pour entrer en Géorgie et minibus pour Batumi.
Batumi
Deux jours plus tard, en train à travers une grande plaine puis une vallée jusqu'à Tbilisi, la capitale. Aucune trace visible de l'invasion russe du nord du pays, seulement de grandes usines plus ou moins en ruine.
Tbilissi
Le taxi de la gare, après négociation, nous emmène toute une journée aux alentours de Tbilissi pour voir un site troglodytique, 0upliszikhe, le musée Staline à Gori et deux monastères, lieux de pélérinage, Samtavro et Svetitskhoveli.
Oupliszikhe Gori Samtavro Svetitskhoveli
Le temps nous a manqué pour aller “crapahuter” au nord du pays, dans les montagnes du Caucase, voir entre autres Mestia et Ushglushi, villages médiévaux hérissés de tours svanes en pied de monts enneigés. Ce pays mérite d'y passer un long moment.
On trouvera finalement un arménien pour nous emmener en Arménie (Vanadzor) dans un Espace Dodge. Visas à la frontière.
du 29 mai au 8 juin
Sahanine
Vanadzor en Arménie, sera pendant quelques jours notre point de rayonnement...
Vanadzor
... notamment vers le site étonnant de Alaverdi, à quelques kilomètres au nord, pour y voir les sites de Sanahine, Odzoun et Kobayr.
Alaverdi 
Sanahine Odzun Kobayr
Et plus à l'est, deux autres autour de Dilijan
Goshavank Haghartsin
En octobus jaune à gaz pour Sevan. Ca sent le caoutchouc brûlé: le pneu arrière droit frotte. L'hôtel sera un container derrière un restaurant sur la presqu'île. Visite d'un caravansérail proche du Karabakh avec sur la route une surprise.
Sevan Village Selim
Enfin Erevan et ses alentours. Rencontres.
Erevan GeghardGarni
D'Erevan nous ferons le retour sur Mersin (Turquie) en bus, en deux jours et en deux étapes et longeant longtemps la mer Noire. Aucun intérêt en bateau. Nous avons quitté nos amis qui continuent vers l'Ouzbékistan et la mer Caspienne.
du 18 juin au 26 juillet
Kekova
À Mersin, nous retrouvons ChampFleury, nid douillet dont le pont est couvert de poussière d'où grand nettoyage et départ plein ouest. À Alanya, nous retrouvons Roel et Jaqueline et de là, nous traversons la baie d'Antalya pour accueillir à bord Pascale et Jean-François à Kemer. En plusieurs étapes, on rejoint la baie de Kekova qu'ils ont connus 20 ans avant.
Kekova
Un peu plus loin, l'île grecque de Castelhorizo, en face de Kas, le morceau le plus à l'est de l'Europe.
Castelhorizo
Et retour à Finike où nos amis bébarquent pour laisser la place à Cédric et ses filles. Quasiment les mêmes lieux toujours aussi magiques et pour nous la tranquilité des endroits que nous connaissons et que nous faisons découvrir aux autres dont Phasélis.
Finike
du 26 juillet au 24 octobre
Stromboli
Tous nos habitués des mois d'été partis, on reprend la route qui sera longue jusqu'à l'Atlantique. C'est la route traditionnelle des voiliers que nous suivrons faute d'avoir pu passer le golfe d'Aden.
De Finike à Catane en passant par la Crête.
Nisis Sofrano
À Catane, Léa et son copain Clément embarquent pour la remontée de la mer Tyrrhénienne.
Léa et Clément
Ci-dessus, le Stromboli que Bruno rêvait d'aller voir. Il fume en permanence et crache de temps en temps de spories en feu que nous avons aperçu brêvement pendant la nuit.

À Antibes, chez Tréhard Antibes Marine Chantier, nous devions ne rester qu'un mois mais ce sera deux pour une mise à niveau du bateau.
TAMC
du 24 octobre au 18 novembre
On a fait un arrêt à La Ciotat croyant les batteries en panne. Mais non. On en a profité pour récupérer notre survie en contrôle et dîner à bord avec les Boubou. Super soirée. Et on repart... au moteur d'abord qui nous a permis d'apercevoir au loin une baleine (ci-dessus). Et d'un coup, du vent au près serré entre les Baléares et l'Espagne ! Puis plus rien en arrivant à Mar Menor. Chère Méditerranée !!!

Pour entrer à Mar Menor et aller à la marina, il faut passer un pont ouvrant et surtout attendre le bon vouloir du fonctionnaire. Quatre heures d'attente ! et nous n'étions pas les seuls.
On est resté deux jours pour contacter Pedro et Isabel qui finalement nous rejoindrons à Almerimar depuis Madrid où ils habitent.
De Mar Menor à Almerimar, tout au près serré avec parfois plus de 20 kts et des changements de direction du vent. Mouillage d'une nuit à l'anse San José. On passe le cap de Gata sans difficulté, mais après le vent se renforce au fur et à mesure de l'arrivée à Almerimar avec une forte houle d'ouest à l'entrée du port.
Pedro et Isabel nous rejoignent et nous allons voir les contreforts de la Sierra Nevada.
Almerimar
À Ceuta, enclave espagnole dans le Maroc, juste en face Gibraltar, on rencontre le premier RM1050 depuis trois ans, Irini, avec Marie (juge), Jean-Paul (enseignant) et leurs deux enfants, Alexandre et Clémentine. On devrait les revoir au Brésil.
Géorgie
Kekova Stomboli
Arménie
précédemment la suite
Voyage en mer Rouge
... en passant par la Géorgie...
Dés-orientés, au Liban.
Du Liban, en Turquie par la Syrie.
Baie d'Antalya, on recoit les amis,
Cédric et ses filles.
De Finike à Antibes.
Vers la sortie de la Méditerranée.
... à l'Arménie et retour.
En bus et train cette fois.
De la Turquie intérieure...
Extraits de la
Carte générale